Service Public Régional de Bruxelles

Le gouvernement bruxellois adopte son Plan d’inclusion des personnes LGBTQIA+ 2022-2025

03 février 2022
LGBTQIA+

Sur proposition de la secrétaire d’État à l’Égalité des chances Nawal Ben Hamou, le gouvernement bruxellois a définitivement adopté ce jeudi 3 février le Plan d’inclusion des personnes LGBTQIA+ 2022-2025. Soutenu par le secteur associatif qui a été largement associé à son élaboration, ce Plan propose 35 actions transversales très concrètes pour assurer une meilleure inclusion des personnes LGBTQIA+ à Bruxelles.

Assurer une meilleure inclusion des personnes LGBTQIA+, une réelle nécessité

Si la Belgique joue un rôle moteur en matière de respect des droits fondamentaux des personnes LGBTQIA+, dans les faits, comme en témoignent les chiffres de la dernière enquête de l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), le chemin de l’égalité est encore long pour les personnes LGBTQIA+. Cette enquête souligne qu’en Belgique, 66% des personnes sondées évitent encore de se tenir la main pour ne pas être dévisa­gées et 27% des personnes interrogées évitent certains endroits de l’espace public par peur d’être agressées.

En matière de lutte contre les discriminations, il reste également des améliorations à apporter dans la mesure où 18% des personnes sondées se sont senties discriminées sur leur lieu de travail l’année qui a précédé l’enquête. Concernant la lutte contre la violence et le harcèlement, les chiffres rapportés sont inquiétants : 42% des personnes sondées disent avoir été harcelées l’année précédant l’enquête et une personne trans et intersexe sur cinq a été agressée physiquement ou sexuellement au cours des cinq années précédant l’enquête.

Un plan transversal, largement concerté

Ce premier Plan a été élaboré en étroite collaboration avec les ministres et secrétaires d’État bruxellois. « Concrètement, cela se traduit par l’adoption de mesures s’appliquant à toutes les compétences concernées de la Région, de la COCOF, de la COCOM et de la VGC : l’Égalité des chances, le Logement,  la Fonction publique et les Pouvoirs locaux, l’Emploi, la Prévention et la Sécurité, L’Urbanisme et l’Aménagement du territoire, la Mobilité, la Recherche scientifique, l’Image de Bruxelles et les Relations internationales, le Sport, la Santé et les Familles » précise la secrétaire d’État à l’Égalité des chances Nawal Ben Hamou.

Il s’inspire aussi largement des recommandations des acteurs du secteur associatif recueillies lors de l’évaluation du Plan précédent, qui avaient notamment identifié 4 pistes d’amélioration :

  1. Lutter contre la violence et assurer une politique de suivi efficace, notamment en lien avec la police et le parquet (pour 75% des associations)
  2. Mettre en œuvre des mesures de sensibilisation et de prévention (pour 71% des associations)
  3. Favoriser les collaborations, la mise en réseau et les actions transversales (pour 71% des associations)
  4. Améliorer la réglementation (pour 67% des associations)

« Les associations actives sur le terrain sont les premiers experts de la problématique LGBTQIA+, les consulter était pour moi un prérequis indispensable à la rédaction de ce Plan. Le secteur associatif a donc, non seulement contribué au contenu de ce Plan, mais sera également étroitement impliqué dans le cadre de sa mise en œuvre et de son évaluation » précise encore Nawal Ben Hamou.

Un suivi rigoureux

Par souci de transparence, chaque mesure du Plan est planifiée, budgétée et prévoit des indicateurs de suivi.

Le Plan fera l’objet d’un monitoring régulier par le comité Égalité des chances (administrations publiques régionales et cabinets ministériels) en collaboration avec le secteur associatif, d’un rapport intermédiaire coordonné par un partenaire externe en 2023 ainsi que d’une évaluation finale, également réalisée par un prestataire afin d’assurer un processus d’évaluation solide et neutre. Cette dernière évaluation ainsi la mise en œuvre concrète du Plan seront présentées au Parlement bruxellois (Commission Égalité des chances) par chacun des membres du gouvernement concerné « Cette triple évaluation est pour moi un gage essentiel d’efficacité. L’objectif est aussi que ce Plan soit évolutif : le monitoring régulier et le rapport intermédiaire nous permettront d’affiner certaines mesures ou d’en adopter de nouvelles, si le besoin s’en fait sentir » conclut la secrétaire d’État à l’Égalité des chances.

Cliquez ici pour télécharger le Plan d’inclusion des personnes LGBTQIA+

Partager:
Twitter>FacebookLinkedIn
X